Politique

Manuel Valls confirme l’inspection du lycée Averroès de Lille pour « savoir ce qu’il s’y passe »

Manuel Valls était l’invité d’Europe 1 à 8h15 ce matin. Interrogé quant à la récente polémique concernant le lycée musulman Averroès de Lille*, Manuel Valls a déclaré :

« Le rectorat du Nord-Pas-de-Calais a déclenché une inspection générale car il faut réunir tous les éléments pour bien savoir ce qu’il s’y passe (…) Quand il y a cette confusion dans les esprits, à l’école, dans les familles, sur internet, c’est le combat d’une génération : il faut faire vivre les valeurs de la République, partout, il faut appliquer la loi (…) Nous devons aider les musulmans qui ne supportent pas d’être confondus avec l’intégrisme, le conservatisme, le radicalisme. Il faut combattre les groupes islamiques, par la loi, la police, les services de renseignements (…) une religion ne peut pas imposer son discours dans nos quartiers. Il y a beaucoup de choses qui ont déjà été engagées mais il faut les renforcer. C’est un combat de chacun pour la laïcité (…) et il doit être mené en disant à nos compatriotes musulmans qu’ils font partie de la République. »

La polémique fait suite à une tribune d’un professeur de philosophie du lycée Averroès, publiée dans Libération le 15 janvier intitulée « Aujourd’hui le prophète aussi est Charlie », qui avait provoqué la colère d’une partie des membres de l’établissement.

Trois semaines plus tard, le 6 février, Soufiane Zitouni annonçait sa démission et publiait une seconde tribune pour justifier son geste (« Pourquoi j’ai démissionné du Lycée Averroès »). Il y raconte plus en détails son « quotidien durant les 5 mois passés au sein de ce lycée » et  « ses difficultés suite à la publication de ce texte ». Dans ce nouveau texte, Soufiane Zitouni y décrit avec des mots très forts les dérives antisémites qu’il a pu constater au sein de son établissement durant les 5 mois où il y a enseigné. Pour lui, le lycée joue un double jeu avec l’Etat Français pour continuer à toucher des subventions, tout en « diffus(ant) de manière sournoise et pernicieuse une conception de l’islam qui n’est autre que l’islamisme […] ».

Le même jour, le lycée Averroès décidait de porter plainte contre le professeur de philosophie, l’accusant de diffuser des idées islamistes.

A lire aussi: Le lycée musulman Averroès porte plainte pour diffamation.