Education

Le lycée musulman Avérroès porte plainte pour diffamation

La direction du lycée privé musulman sous contrat Averroès, à Lille, a décidé vendredi 6 février, de porter plainte contre un enseignant démissionnaire qui l’accuse de diffuser des idées islamistes, tandis que le rectorat de Lille a annoncé une inspection.

L’affaire fait suite à une tribune intitulée « Pourquoi j’ai démissionné du lycée Averroès », publiée vendredi matin dans Libération par un professeur de philosophie, Soufiane Zitouni. L’enseignant, qui donnait des cours dans le lycée depuis septembre dernier, y affirme qu’après la publication d’une première tribune consécutive aux attentats de janvier, intitulée « Aujourd’hui le prophète est aussi Charlie », il a rencontré des problèmes qui l’ont « mené à démissionner ».

Les responsables du lycée jouent un double jeu

Il cite plusieurs incidents et affirme notamment que : « en plus de 20 ans de carrière en milieu scolaire (il n’a) jamais entendu autant de propos antisémites de la bouche d’élèves dans un lycée ». L’enseignant, d’origine algérienne et qui se réclame du soufisme, une école de pensée musulmane, accuse par ailleurs « les responsables de ce lycée » de jouer un « double jeu ».

« D’un côté montrer patte blanche dans les médias pour bénéficier d’une bonne image dans l’opinion publique et ainsi continuer à profiter des gros avantages de son contrat avec l’État, et d’un autre côté, diffuser de manière sournoise et pernicieuse une conception de l’islam qui n’est autre que l’islamisme(…) », écrit-il dans sa tribune.

Lors d’une conférence de presse, la direction du lycée a annoncé son intention de porter plainte contre l’enseignant pour diffamation. De son côté, le rectorat a annoncé dans un communiqué qu’il avait demandé, « en accord avec le directeur de l’établissement », la mise en place d’une « mission d’inspection afin de vérifier le respect des termes du contrat d’association signé avec l’Etat ».

Premier établissement privé musulman sous contrat avec l’État, le lycée Averroès, qui accueille 600 élèves, est situé dans le quartier de Lille-Sud, l’un des plus défavorisés de la capitale des Flandres.