Culture

Riss : « Ils ont voulu nous tuer, on est encore là. »

« C’est reparti ! » La Une du second Charlie Hebdo après les attentats qui ont touché la rédaction du journal satirique a été dévoilée hier. Ce mardi, le directeur de la publication Riss était l’invité de la matinale sur France Inter.

« Nous avons essayé de renouer avec ce qu’était Charlie avant. On veut revenir vers nos préoccupations politique habituelles, a‑t-il déclaré, à propos de ce nouveau numéro. Nous n’avons pas envie de vivre sous l’ombre oppressante du 7 janvier. C’était un défi à ce que les tueurs ont essayé de faire. Ils ont voulu nous tuer, on est encore là. »

Riss est également revenu sur la Une dessinée par Luz illustré par un chien, un Charlie Hebdo entre les canines, pourchassé par des cabots hostiles. Ces derniers ont les traits, entre autre, de Nicolas Sarkozy, Marine Le Pen et d’un jihadiste : « On aurait pu en mettre plus mais il n’y avait pas la place. Ceux qu’on a dessiné, nous ont moyennement soutenu… »

En tant que directeur de la publication, Riss a écrit l’édito de ce nouveau Charlie Hebdo imprimé à 2,5 millions d’exemplaires : « Je l’ai écris au moment des attentats de Copenhage, ça m’a un peu déprimé. Pour l’avenir il faut être lucide, il est possible qu’il y ait d’autres évènements comme ça ».

Riss est également revenu sur les polémiques provoquées par les dessins du journal satirique : « Les dessins n’ont pas allumé de mèche, on a rien crée, on est constant. Ce qu’on fait depuis toujours, c’est l’environnement qui a changé. Charlie est toujours le même. »