Monde

Non, les pays qui comptent plus de musulmans ne votent pas plus à l’extrême droite

Tweet about this on TwitterShare on FacebookEmail this to someone

En Italie, la Ligue du Nord veut compliquer les procédures pour éviter la construction de mosquées supplémentaires en Lombardie. Pourtant, les musulmans sont peu nombreux dans cette région d’Italie.

3millions7, on s’est posé une question simple : y a-t-il un lien entre la présence d’un nombre de musulmans dans un pays et le vote pour les partis d’extrême droite ?

Les divers rapports et études, comme celle du Pew Research Center, comme les résultats des dernières élections dans les pays d’Europe de l’Ouest, suffisent à le montrer : la réponse est non, sans équivoque.

On s’en rend compte en consultant les deux graphiques ci-dessus (utiliser le petit menu déroulant au-dessus pour alterner).

Ainsi l’Allemagne est le pays d’Europe qui compte le plus de musulmans en valeur absolue (4 760 000, soit 5,8% de la population) et pourtant, le vote à l’extrême droite y est minime (1% aux dernières élections européennes).

A l’inverse, la Finlande ne compte que 40 000 musulmans, soit 0,8% de sa population, ce qui n’empêche pas les Finlandais de voter à 12,9% pour le parti Vrais Finlandais. En Suisse et en Belgique, le pourcentage de musulmans dans la population est quasiment le même, respectivement 5,7% et 5,9%. Pourtant, plus d’un quart (26,6%) des Suisses a voté à l’extrême droite lors des dernières élections, tandis que les Belges ne l’ont fait qu’à 5,35%.

Quant à la Lombardie, région d’Italie qui interdit quasiment la construction de mosquée, 420 000 musulmans y résidraient et aux dernières élections régionales, 24,27% de la population a voté pour des partis d’extrême droite et ouvertement islamophobes.

Photo d’en-tête: La Grande Mosquée de Paris (Marc Notari/ Flikr)

Tweet about this on TwitterShare on FacebookEmail this to someone
  • JeanBa Mac

    UKIP n’est pas un part d’extrême-droite, c’est un parti souverainiste anglais qui réclame plus d’autonomie vis-à-vis de l’Union Européenne.
    Or le Royaume-Uni n’a jamais été un pays vraiment « européen » (au sens contemporain du terme, c’est-à-dire participant à l’UE, à ses institutions strasbourgeoises et bruxelloises)…
    Si vous suiviez les discours de Nigel Farage vous verrez qu’il est intelligent, cultivé et qu’il a des prises de position plutôt humanistes, donc ça n’a rien à voir avec la représentation que vous vous faites de « l’extrême-droite ».