Religion / Laïcité

Dalil Boubakeur traite de « malades mentaux » ceux qui ont enrôlé des jeunes de Lunel pour aller faire le jihad en Syrie

Le président du Conseil français du culte musulman (CFCM) Dalil Boubakeur a affirmé jeudi que des « malades mentaux » ont conduit à la tragédie de Lunel, petite ville de l’Hérault d’où sont partis plus d’une dizaine de jeunes gens pour la Syrie.

Entre une dizaine et une vingtaine de jeunes de Lunel, selon les sources, âgés de 18 à 30 ans sont partis depuis octobre combattre en Syrie. Six d’entre eux y ont trouvé la mort, selon les autorités françaises. Fin janvier, dans le cadre d’une enquête sur une filière jihadiste vers la Syrie, cinq personnes ont été interpellées dans le département de l’Hérault, dont trois à Lunel.

« Il y a de la provocation ou de la manipulation mentale des personnes que l’on conforte dans leurs certitudes folles », a affirmé le recteur de la Grande mosquée de Paris selon lequel les intégristes et ceux qui les forment sont des « malades mentaux », ou « des sociopathes » ou « des psychopathes ».

« Ne les regardez pas comme des gens normaux. Ils appliquent une autre religion que l’islam », a souligné le président du CFCM.