Justice

Un homme relaxé de l’accusation d’apologie du terrorisme à Rouen

Un homme de 23 ans a été relaxé ce mardi de l’accusation d’apologie du terrorisme par le tribunal correctionnel de Rouen.

Le 13 janvier dernier, Frantz Petermann avait menacé des policiers qui lui demandaient de ne pas stationner à côté du commissariat d’Elbeuf (Seine-Maritime). « Nous sommes nombreux (…), nous aussi nous avons des kalach (…), le sang va encore couler (…), ça ne vous a pas suffi de vous faire tuer », avait-il alors lancé aux forces de l’ordre.

Le tribunal a reconnu la véracité des propos allégués, contestés par le prévenu. Il a n’a cependant pas retenu la qualification d’ « apologie du terrorisme». L’homme, déjà poursuivi pour de présumés liens avec les filières jihadistes, a en revanche été condamné à trois mois de prison avec sursis pour outrage à agent et menaces de mort.