Sécurité

Un nouveau système pour payer les militaires

Adieu Louvois, bonjour Source Solde. L’armée française remplacera progressivement, à partir de 2017, le système de paiement des militaires actuel par un nouveau plus performant et normalement sans bug.

Tweet about this on TwitterShare on FacebookEmail this to someone

Après les errements du sytème Louvois pour le paiement des militaires, le ministère de la Défense se savait scruté. Il a annoncé, mercredi 22 avril, que la société Sopra mettrait en place le nouveau programme, Source Solde.

Le prix du nouveau logiciel « couvre notamment la maintenance corrective et évolutive du nouveau système pendant dix ans ». Le ministère de la Défense a, cette fois-ci, fait attention. Il a pris un service après-vente pour le nouveau dispositif de paiement des soldats. Pour l’installer, l’armée française va également prendre son temps. Source Solde sera mis en place progressivement, à partir de 2017. La marine testera en premier le logiciel.

Si celui-ci s’annonce performant et fonctionnel, il sera étendu à « l’ensemble des armées et services », soit « 250 000 militaires », selon le ministère de la Défense. Coût de l’opération : 128 millions d’euros. Une somme dérisoire par rapport à ce qu’aura coûté son prédécesseur.

Des soldats sommés de rendre les surplus de leur salaire

Entre son prix initial, les dépenses pour le réparer et les bugs, Louvois a coûté presque 700 millions d’euros à l’Etat français. Installé en 2011, le logiciel unique à vocation interarmées de la soldes a été facturé environ 80 millions d’euros pour sa mise en fonctionnement.

A ceci, il faut rajouter les 42 millions d’euros du plan d’urgence, mis en place en 2012, par Jean-Yves Le Drian pour avancer les nombreux militaires impayés.

Le logiciel a également distribué quelque 350 millions d’euros en plus à des soldats, entre 2011 et 2014. Ces derniers sont, aujourd’hui, sommés de rembourser ces surplus. En 2014, l’armée aurait envoyé plus de 110 000 lettres pour demander les remboursements. Malheureusement, certains soldats visés sont à la retraite ou au chômage et se voient dans l’impossibilité de rendre ces sommes.

L’Etat a dû également engagé du personnel pour réparer les erreurs de Louvois. Ce recrutement imprévu a coûté entre 150 et 200 millions d’euros au ministère de la Défense.

(avec AFP)

Crédit photo : CC BY US Air Force 

 

Tweet about this on TwitterShare on FacebookEmail this to someone