Politique

Jean-Marie Le Pen « désavoué » à l’heure où le FN statue sur son sort

« J’ai été désavoué », a déclaré Jean-Marie Le Pen à sa sortie du siège du parti à Nanterre (Hauts-de-Seine). L’homme politique de 87 ans  exclut tout retrait de la vie politique et continuera à « parler en son nom ».

Dans un communiqué, le bureau politique du FN déclare « désapprouver » les propos de Jean-Marie Le Pen. Cette réaction des 44 membres du parti à majorité « mariniste » ne doit pas « préjuger des décisions du bureau exécutif » qui va se tenir lundi 4 mai dans l’après-midi.

Une réunion au cours de laquelle les cadres du parti doivent statuer sur de possibles sanctions à l’égard de Jean-Marie Le Pen après ses déclarations polémiques des semaines passées. Le fondateur du FN refuse de participer au bureau exécutif et a quitté le siège du parti, à Nanterre (Hauts-de-Seine) lundi vers 15H. Les sanctions encourues par « le Menhir » du FN ne sont pas claires. Le bureau peut décider du retrait du titre de président d’honneur de Jean-Marie Le Pen qu’à condition de réunir une congrès exceptionnel. « Ca va être fait très vite », a déclaré, lundi, Gilbert Collard, député FN du Gard a propos de l’organisation d’un congrès. L’autre sanction éventuelle est une exclusion du parti. « Tout est possible », selon Florian Philippot, vice-président du parti.

La réunion d’un bureau exécutif intervient après l’interview donnée par Jean-Marie Le Pen à l’hebdomadaire d’extrême droite Rivarol. Dans cet entretien, le fondateur du FN a crée la controverse en parlant des chambres à gaz comme d’un « détail de l’histoire », de « l’immigré » Manuel Valls, du maréchal Pétain et de l’idéologie des proches de sa fille Marine Le Pen.

« Jean-Marie Le Pen ne doit plus pouvoir s’exprimer au nom du Front national, ses propos sont contraires à la ligne fixée », a déclaré dimanche la présidente du parti sur Europe 1.

Il s’agit d’une crise familiale mais aussi politique pour le parti d’extrême droite. La fille marque clairement ses distances avec son père comme lors du défilé du 1er mai. Le FN rend à cette occasion hommage à Jeanne d’Arc selon la tradition instaurée par Jean-Marie Le Pen. Pour la première fois, Marine et Jean-Marie Le Pen n’ont pas défilé côte à côte.

Marine Le Pen marque une rupture nette avec le président d’honneur du parti. Elle critique, lundi matin, la gestion du FN par son père et parle d’un possible « congrès de rénovation » du parti. « Quelque part, les victoires actuelles du Front marquent aussi une forme d’échec de la stratégie qu’il (NDLR Jean-Marie Le Pen) a menée », a déclaré Marine Le Pen selon le Figaro. « il ne supporte pas l’idée que le Front national puisse avancer et enregistrer de bons résultats sans lui, avec une stratégie qui n’est pas la sienne et à laquelle il n’a jamais cru. », a poursuivi la présidente du parti.

(Avec AFP) (Crédits photo: Marie-Lan Nguyen/CC BY 2.0)