Education, Intégration, Politique, Religion / Laïcité

Béziers : entendu par la police, Robert Ménard nie le fichage des élèves

Tweet about this on TwitterShare on FacebookEmail this to someone

Le maire d’extrême droite de Béziers, Robert Ménard, s’est rendu ce matin au commissariat de police de Montpellier où il a été entendu pendant plus d’une heure par le SRPJ (service régional de police judiciaire) pour le fichage ethnique des élèves de sa commune. Lors de son interrogatoire, Robert Ménard a confirmé aux enquêteurs qu’il « n’existait pas de fichier ou de comptabilité en mairie » sur le nombre d’élèves musulman scolarisés à Béziers.

Lundi soir, sur le plateau de l’émission « Mots croisés », Robert Ménard a affirmé qu’il y avait 64,6% d’élèves de confession musulmane dans les écoles publiques de Béziers. Interrogé sur la provenance de ces chiffres, il a avoué se servir des listes dont dispose la municipalité pour faire une évaluation du nombre d’élèves musulmans dans sa commune. Le maire élu en mars 2014 avec le soutien du Front national s’appuierait sur la consonance des prénoms des enfants pour déterminer s’ils étaient musulmans ou non. Il justifie sa démarche : « Les prénoms disent les confessions. Dire l’inverse, c’est nier une évidence. »

La loi informatique et libertés du 6 janvier 1978 interdit le fichage ethnique. Le procureur de Béziers a ouvert mardi une enquête préliminaire contre le maire de Béziers pour « tenue illégale de fichiers en raison de l’origine ethnique ». Les bureaux de la mairie de Béziers ont été perquisitionné sans qu’aucune saisie ne soit faite.

Un maire favorable au statistique ethnique

Cette révélation a indigné la classe politique française, de droite comme de gauche. Le chef de l’Etat, en déplacement en Arabie saoudite a condamné des propos du maire de Béziers qu’il juge « contraire à toutes les valeurs de la République ». Le premier ministre Manuel Valls a quant à lui exprimé sa honte face aux propos de Robert Menard.

La garde des Sceaux Christiane Taubira s’est fendue d’un tweet exprimant son inquiétude face à cette dérive.

Interrogé sur France Inter mercredi matin, le maire UMP de Tourcoing Gérard Darmanin a appelé Manuel Valls à « prendre ses responsabilités » si jamais le fichage des élèves était avéré à Béziers.

Mercredi matin, le député européen Jean-Luc Mélenchon, invité de BFM TV et RMC,  a dénoncé les méthodes de fichages du maire d’extrême droite: « ce n’est pas parce que vous êtes musulman que vous n’êtes pas français ».

Dans un communiqué publié mardi, le président du conseil français du culte musulman (CFCM) Dalil Boubakeur déplore des statistiques qui « rappellent de très mauvais souvenirs à notre nation qui doit s’élever contre de tels comportements et condamner les propos et les actes islamophobes qui se multiplient de manière scandaleuse »

Devant la polémique, le maire de Béziers a nié le fichage des élèves de sa ville mais avoue rester favorable à l’instauration d’un fichage ethnique.

(avec AFP)

Crédit photo : Philippe Leroyer-CC BY 2.0

Tweet about this on TwitterShare on FacebookEmail this to someone