Justice, Sécurité, Terrorisme

Le projet d’attentat à Villejuif commandité depuis la Syrie ?

Arrêté dimanche à Paris, l’homme de 24 ans suspecté d’avoir préparé un attentat contre une église de Villejuif était en relation avec un individu basé en Syrie, selon le procureur de la République. Celui-ci a confirmé l’implication du suspect dans la mort d’Aurélie Châtelain.

Tweet about this on TwitterShare on FacebookEmail this to someone

Un homme a été interpellé le 19 avril à Paris, a annoncé Bernard Cazeneuve, mercredi 22 avril. Selon le ministre de l’Intérieur, l’individu « projetait » un attentat imminent contre « une ou deux églises ». L’évêque de Créteil, Michel Santier, a déclaré à l’AFP qu’ « au moins une église » était visée à Villejuif.

Ces informations ont été confirmées par le procureur de la République de Paris, François Molins. Ce dernier a par ailleurs affirmé que le suspect a évoqué avec une personne, « pouvant se trouver en Syrie », les « modalités de commission d’un attentat ».  Cet homme lui aurait demandé « explicitement de cibler particulièrement une église », a ajouté le magistrat.

  • Qui est le suspect ?

Sid Ahmed Ghlam est un Algérien de 24 ans. Arrivé en France en 2001, via le regroupement familial, il était reparti en Algérie en 2003, et a passé son bac là bas en 2010. Puis il est revenu en France pour faire des études dans l’électronique. Connu des services de renseignement, il faisait l’objet d’une fiche « S », pour « sûreté de l’État ». Ce statut implique une surveillance discrète, mais l’homme n’était pas placé sur écoute au moment de son arrestation. Depuis 2014, Sid Ahmed Ghlam avait des « velléités de départ pour la Syrie ».

Selon Le Monde, le suspect aurait passé une semaine en Turquie cette année. Placé en garde à vue dès son retour, il aurait été relâché, faute d’éléments probants permettant de « justifier l’ouverture d’une information judiciaire », selon Bernard Cazeneuve. Le procureur de la République a affirmé que Sid Ahmed Ghlam n’a fait jusque là l’objet d’aucune condamnation par la justice.

>> Lire notre synthèse : Qui est Sid Ahmed Ghlam ?

  • Une arrestation rocambolesque

D’après le procureur de la République, Sid Ahmed Ghlam aurait appelé le SAMU dimanche matin, vers 8h30, après avoir reçu une blessure par balle à la jambe. Les traces de sang ont mené à son véhicule, où les policiers ont découvert un gyrophare et des armes. Une perquisition est alors menée à son domicile, situé dans une résidence étudiante du XIIIème arrondissement de Paris. Selon Bernard Cazeneuve, « un arsenal d’armes de guerre » (trois Kalachnikov et des gilets pare-balles) y est retrouvé.Le Procureur de la République a également indiqué que des « documents en langue arabe évoquant les organisations terroristes Al-Qaïda et Etat islamique » avaient été découverts.

Hospitalisé à l’Hôtel-Dieu suite à sa blessure, le suspect a été mis en garde à vue. Au cours de son audition, le suspect tenait des propos « fantaisistes »,selon le procureur de la République. Sid Ahmed Ghlam a affirmé aux enquêteurs qu’il voulait se débarrasser d’armes qui ne lui appartenaient pas, puis de s’être blessé par inadvertance avec l’une d’elle. Le suspect s’est ensuite « enfermé dans le mutisme, faisant valoir son droit au silence » selon François Molins, qui a par ailleurs évoqué « la prolongation exceptionnelle de la garde à vue pour atteindre 6 jours ». L’objectif sera de déterminer d’éventuelles complicités, la provenance des armes, et les financements du projet d’attentat.

  • Perquisitions et arrestation d’une femme à Saint-Dizier

Le Procureur de la République a confirmé que des perquisitions avaient été menées ce matin à Saint-Dizier (Haute Marne), où résident les parents de Sid Ahmed Ghlam. A 6 heures du matin, une jeune femme a été placée en garde à vue par des policiers de la brigade de recherche et d’intervention (BRI). Elle est actuellement retenue au 36 Quai des Orfèvres à Paris. Le procureur de la République n’a pas souhaité communiquer les liens entre cette personne avec le suspect.

Selon l’AFP, la jeune femme serait la compagne de Sid Ahmed Ghlam. Elle louait un petit pavillon, où elle résidait depuis six mois avec deux enfants en bas âge, les volets toujours fermés.

  • Impliqué dans un meurtre à Villejuif

Sid Ahmed Ghlam est par ailleurs soupçonné d’être impliqué dans le meurtre d’Aurélie Châtelain. La jeune femme de 32 ans avait été retrouvée morte dans une voiture à Villejuif (Val-de-Marne) dimanche. Elle a été tuée « d’une seule balle » selon le procureur de la République. Ce dernier a confirmé que le suspect était présent à Villejuif, images de caméras de surveillance à l’appui. Surtout, l’ADN de l’individu a été retrouvé dans le véhicule de la victime, « sur le frein à main et le bas de caisse gauche ». De même, l’ADN de la victime était présent sur les vêtements du suspect.

Les enquêteurs cherchent désormais un lien entre le projet d’attentat et le meurtre de la jeune femme. Selon eux, le suspect aurait tenté de voler le véhicule d’Aurélie Châtelain. Une tentative infructueuse, au cours de laquelle l’homme se serait blessé par balle. Le procureur de la République n’a pas confirmé cette version des faits.

  • François Hollande : « Continuer à être vigilants »

Dans l’après-midi, le Président de la République a réagi à ce projet d’attentat évité : « Un acte terroriste a été déjoué, ce n’était pas le premier. Il y en a eu d’autres ces dernières semaines et ces derniers mois ». François Hollande a ajouté : « Nous devons continuer à être vigilants. C’est la raison pour laquelle j’avais maintenu le plan Vigipirate à son niveau le plus élevé depuis le début des attentats de janvier »

Alors qu’il était en déplacement à Nice, l’ancien président Nicolas Sarkozy s’est également exprimé sur le sujet : « La sécurité prime sur un certain nombre de règles, tout doit être fait pour assurer la sécurité des Français. (…) Chaque fois que le gouvernement ira dans ce sens, nous le soutiendrons ».

A la sortie du Conseil des ministres, le Premier ministre Manuel Valls avait affirmé que la France « fait face à une menace terroriste sans équivalent dans le passé ». Il a ajouté que « la réponse doit être la protection de nos concitoyens mais aussi le rassemblement. C’est comme cela que nous répondrons à la demande des Français le 11 janvier ».

Après cet attentat évité, le député UMP du Rhône Philippe Meunier a demandé sur Twitter la protection des églises :

Une proposition qui ne séduit pas l’évêque de Créteil, Michel Santier. Même s’il a évoqué son « sentiment de stupeur », il a appelé à « ne pas céder à la peur », estimant impossible de « mettre un policier devant chaque église ». L’évêque raconte que le plan Vigipirate « est censé protéger les églises, mais de façon discrète pour ne pas créer un climat de panique ».

Le maire UMP de Villejuif, Franck Le Bohellec, a annoncé lors d’une conférence de presse qu’ « il y aura un renfort de sécurité complémentaire, plus de rondes de police ». Après avoir ressenti « une inquiétude, une crainte », l’élu se dit désormais « rassuré » du soutien que lui apportera l’Etat.

Crédit photo : Mic, FlickR-CC BY 2.0

 

 

Tweet about this on TwitterShare on FacebookEmail this to someone