Monde

Entre blockbusters et jeux vidéo, un réalisateur décrypte les vidéos du groupe Etat islamique

En imitant les codes médiatiques occidentaux pour choquer, effrayer ou endoctriner, la communication du groupe État islamique (EI) se fait de plus en plus sophistiquée. Pour 3millions7, le réalisateur français Erwan Balanant décrypte quelques-unes de leurs vidéos de propagande.

Tweet about this on TwitterShare on FacebookEmail this to someone

Erwan Balanant a étudié la propagande politique. Réalisateur, il est aussi l’auteur d’une série de vidéos de campagne de François Bayrou diffusée en 2012.

Il livre son point de vue sur la propagande du groupe État islamique en quatre vidéos. D’après lui chaque vidéos, qui peuvent  aller d’une minute à 22 minutes, visent un public et ont un objectif différent. Si des vidéos, en arabe sans traduction, sont à destination des combattants de l’État islamique ou de futures recrues venues du Moyen Orient, d’autres comme le reportage de John Cantlie vise des jeunes plus occidentaux.

1. Pour choquer, « ils poussent le vice jusqu’à écrire un scénario de l’exécution« 

Barbarie sur Youtube. C’est le premier « gros coup de communication » du groupe État islamique (EI). Le 20 août 2014, l’organisation terroriste diffuse la décapitation du journaliste américain James Foley. Le monde occidental prend alors connaissance de ce groupe jihadiste qui s’est implanté en Irak.

Le 1er février 2015, le groupe EI diffuse une nouvelle vidéo de décapitation. Cette fois, c’est l’otage japonais Kenji Goto, un autre journaliste, qui en est la victime. Pour le réalisateur Erwan Balanant, cette vidéo « montre comment le groupe EI scénariste et met en scène sa propagande jusqu’aux exécutions d’otages. » (les images de décapitations ont été enlevées  ndlr).

Retrouvez son décryptage dans cette vidéo.

2. Pour attirer de jeunes occidentaux « tous les codes de nos médias sont utilisées »

Le reporter anglais John Cantlie, est otage du groupe EI depuis novembre 2012. Depuis, il est « l’auteur » de huit « publi-reportages » en faveur du groupe jihadiste.

Dans cette dernière vidéo, diffusée le 9 2015, il fait la visite d’Alep, en Syrie. D’après Erwan Balanant, ce reportage « est visiblement un message de propagande pour les occidentaux » et a pour but de « capter d’éventuels combattants ».

Retrouvez la suite de son analyse dans cette vidéo.

3. La vidéo la plus sophistiquée « écrit comme un film hollywoodien »

Le 3 février dernier, le groupe État islamique diffuse sa vidéo la plus sophistiquée mais aussi la plus barbare. Mêlant à la fois les codes des blockbusters américains et les jeux vidéos, elle met en scène l’immolation par le feu du pilote jordanien Maaz al-Kassasbeh (l’immolation n’est pas montrée dans cette vidéo ndlr), pris en otage le 24 décembre 2014 après le crash de son avion.

D’après Erwan Balanant, cette vidéo « est plus une vidéo de communication interne » d’avantage destinée aux membres du groupe EI.

La suite de son décryptage dans cette vidéo.

4. Des jihadistes français qui « savent comment capter le spectateur « 

19 HH est le principal canal français d’embrigadement jihadiste. Le nom serait une référence aux 19 terroristes du 11 septembre et aux deux tours jumelles.

Dans cette vidéo, en français, les jihadistes annoncent la sortie « pour mars 2015 du projet ‘Il était une fois Charlie' ». Erwan Balanant est « surpris par le fond musical. Normalement, un jihadiste n’écoute pas de la musique ».

Retrouvez le décryptage complet du réalisateur dans cette vidéo.

 

Photo d’en-tête : (vidéo du « reportage » de John Cantlie / Capture d’écran)

Tweet about this on TwitterShare on FacebookEmail this to someone