Monde

Ce que l’on sait des attentats de Copenhague

Deux personnes ont trouvé la mort après l’attaque d’un centre culturel de Copenhague et d’une synagogue de la capitale danoise. Dimanche, la police estimait avoir abattu l’auteur des deux attentats. Lundi, deux complices présumés ont été inculpés. Le point sur les événements.

Tweet about this on TwitterShare on FacebookEmail this to someone

Plus d’un mois après la vague d’attentats qui a frappé la France, le Danemark a été visé par deux attaques à Copenhague, qui ont causé deux morts et cinq blessés. La police danoise a annoncé ce dimanche qu’elle pensait avoir abattu l’auteur, après un échange de coups de feu dans le quartier populaire de Nørrebro. On apprenait lundi que « deux hommes sont inculpés de complicité », a indiqué à l’AFP un porte-parole de la police, Steen Hansen, refusant de détailler les éléments à charge.

Quelles cibles étaient visées ?

Une première fusillade a eu lieu samedi après-midi devant le centre culturel Krudttønden à Østerbro, qui abritait une conférence sur le thème « art, blasphème et liberté d’expression ».

Dans la nuit de samedi à dimanche, une deuxième fusillade a éclaté près de la synagogue de Copenhague.

Comment se sont déroulées les attentats ?

La première attaque a eu lieu samedi après-midi. Le débat au centre culturel se tenait sous haute protection policière, en raison de la participation de Lars Vilks, dessinateur suédois et auteur en 2007 d’une caricature de Mahomet. L’ambassadeur de France, François Zimeray, était également présent. A 15h30, un homme armé d’un pistolet-mitrailleur a criblé de balles le centre, dont l’accès était filtré par un détecteur de métaux, rapporte Le Monde.

L’attaque a été d’une violence extrême, plusieurs dizaines de balles ont été tirés, comme le montre un enregistrement sonore de la BBC. «Ils nous ont tiré dessus de l’extérieur », a expliqué François Zimeray. C’était la même intention que Charlie Hebdo sauf qu’ils n’ont pas réussi à entrer». Le réalisateur danois Finn Nørgaard, 55 ans, a été tué, tandis que deux policiers ont été blessés.

La deuxième fusillade a éclaté après minuit (heure de Paris) près d’une synagogue. Une personne a été mortellement blessée à la tête et deux policiers ont été blessés. Le président d’une association communautaire juive, le Conseil de sécurité juif des pays nordiques, Michael Gelvan, a déclaré à l’AFP que l’homme tué était juif et qu’une cérémonie de confirmation était en cours dans la synagogue au moment de l’attaque.

Dan Uzan, 37 ans, surveillait les accès au bâtiment, selon Michael Gelvan. Le ministre des Affaires Etrangères, Laurent Fabius a confirmé ce dimanche sur Europe 1 que la victime était de confession juive.

Qui est l’auteur présumé de ces attentats ?

Selon la police danoise, le suspect était âgé de 22 ans, d’origine danoise et connu des services de police pour des actes de violence et pour détention d’armes. Il est soupçonné d’avoir voulu imiter les attentats de janvier à Paris. « Il peut avoir été inspiré par la propagande militante islamiste diffusée par l’État islamique ou d’autres organisations terroristes », a déclaré Jens Madsen, directeur des services de renseignement (PET).

Ce dimanche soir le quotidien danois Ekstra Bladet publie le nom et la photo du tireur présumé de Copenhague. Il s’appellerait Omar Abdel Hamid El-Hussein. Les autorités danoises restent néanmoins muettes sur l’identité de l’individu, dont la traque fut rapidement menée.

Dans un premier temps, la police danois a cru que l’attaque du centre culturel était l’oeuvre de deux hommes ayant pris la fuite à bord d’une Volkswagen Polo. Le véhicule vide a été retrouvé quelques heures plus tard.

La police danoise a ensuite affirmé être à la recherche d’un seul suspect. Sa photographie, enregistrée par une caméra de video surveillance plusieurs minutes avant le premier attentat, a été diffusé sur le compte twitter de la police danoise.

La traque du suspect s’est alors accélérée, grâce aux renseignements d’un taxi qui a transporté l’homme du lieu où il avait abandonné sa voiture jusqu’à un appartement. La police a mis les lieux sous surveillance. Le suspect y serait retourné vers 04h50 dimanche matin.

Après avoir ouvert le feu sur les forces de l’ordre, il a été abattu par la police.

Quelles sont les réactions politiques ?

« Nous vivons un très triste matin. Toutes nos pensées vont aux victimes et à leurs proches. Deux personnes innocentes ont perdu la vie dans cet acte terroriste cynique contre le Danemark », a condamné le Premier ministre danois Helle Thorning-Schmidt.

Dans un communiqué, la Reine du Danemark a exprimé sa « tristesse ». « Mes pensées vont au réalisateur tué et au jeune garde de sécurité de la communauté juive, qui sont devenus des cibles. J’envoie mes plus sincères condoléances aux parents et aux policiers blessés. Il est important au cours d’une situation aussi grave que nous protégions ensemble les valeurs sur lesquelles reposent le Danemark ».

En France, François Hollande a exprimé « toute la solidarité de la France au Danemark dans cette épreuve ». De son côté, Manuel Valls a envoyé un message sur Twitter avec le hashtag « JeSuisCharlie ».

« Nous avons le coeur à Copenhague » a affirmé ce dimanche le ministre des Affaires étrangères Laurent Fabius sur Europe 1. Le ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve est attendu sur place dans la journée.

Nicolas Sarkozy a également fait part de son « émotion » après les fusillades de Copenhague.

Photo d’en-tête : La police en faction devant le centre culturel Krudttonden à Copenhague. (Soren Bidstrup/Scanpix Denmark/AFP)

Tweet about this on TwitterShare on FacebookEmail this to someone