Intégration

A Paris, des agences touristiques font visiter les « no-go zones »

Des agences de tourisme organisent des tours guidés dans les quartiers populaires de Paris qui ont été qualifiés de « no-go zone » par la chaîne américaine Fox News. Des visites qui attirent une clientèle française et internationale.

Tweet about this on TwitterShare on FacebookEmail this to someone

Le Conseil de Paris vient de donner son aval ce mercredi au dépôt de plainte pour diffamation de la mairie de Paris contre Fox News. La chaîne américaine avait présenté certains quartiers populaires de Paris comme des « no-go zones interdites aux non-musulmans », le lendemain des attentats qui on frappé la France en janvier.

Ces quartiers populaires attirent néanmoins les touristes, qui cherchent des visites alternatives et multiculturelles. Lionel Kaplan lancera fin février le site NoGoZones.fr. Sur le site, il tourne en dérision les propos de la chaîne américaine selon lesquels « dans la centaine de zones interdites à Paris, il y a des quartiers où ni les touristes ni la police n’osent s’aventurer » et propose des rencontres avec des habitants des soit-disant zones de non-droit à Paris.

« Plutôt que de contacter un organisme, on va faire connaissance avec une ou plusieurs personnes qui habitent dans le quartier et avec qui on va boire un pot, se promener dans un parc », a t-il déclaré à l’AFP.

Ce tourisme urbain n’est pas nouveau. L’agence de voyages éthique Bastina propose des tours organisés à 15 euros la demie journée. « L’idée c’est de découvrir un quartier de l’intérieur, pour aller à la rencontre de son patrimoine culturel, alimentaire ou vestimentaire », explique le responsable de l’agence, Stefan Buljat, à l’AFP.

Bastina propose différents tours, comme par exemple « les quartiers tamouls de la gare du Nord à la Chapelle », « la Géorgie rive droite » ou encore « le petit Mali à Châteaurouge à Paris. »  Dans ce dernier tour organisé, on peut visiter avec Siby Mahamadou un marché africain.

Siby Mahamadou, est « passeur de culture » dans l’agence Bastina, et il explique que les visites qu’il organise du marché Dejean attirent « pratiquement tous les Africains et toutes les nationalités. Parfois les Européens viennent même acheter du poisson parce que c’est abordable. »

Ce tourisme n’attire en effet pas seulement les Français ou les Parisiens : 20% de la clientèle de Bastina est étrangère.

Photo d’en-tête : La Goutte d’Or (Creative Commons) 

Tweet about this on TwitterShare on FacebookEmail this to someone