Politique

Les questions que 3millions7 aimerait poser à François Hollande

François Hollande tiendra ce jeudi sa cinquième grande conférence de presse depuis son élection. Une intervention très attendue, un mois après la vague d’attentats qui a frappé la France. Lutte anti-terroriste, réforme de l’éducation nationale, engagement citoyen, élection dans le Doubs… 3Millions7 passe en revue les questions auxquelles devrait répondre le président de la République.

Tweet about this on TwitterShare on FacebookEmail this to someone

Il ne s’est pas plié à l’exercice depuis novembre dernier. François Hollande tient ce jeudi la cinquième conférence de presse de son quinquennat, conformément à son engagement de campagne. Les attentats de janvier donnent à l’évènement un relief inédit : la parole présidentielle est attendu sur des sujets sensibles : lutte contre le terrorisme, politique étrangère de la France ou réforme éducative. 3Millions7 passe en revue les questions à poser au président de la République.

Comment mieux lutter contre le terrorisme ?

Manuel Valls a présenté devant l’Assemblée nationale les mesures destinés à renforcer la lutte contre le terrorisme: augmentation d’effectifs, isolement des détenus radicaux, création d’un fichier des personnes condamnées pour terrorisme… Deux lois contre le terrorisme ont pourtant été votées depuis l’élection de François Hollande : la première en décembre 2012, la deuxième en novembre dernier.

En mars, un projet de loi sera présenté pour donner un nouveau cadre juridique à l’action des services de renseignement. François Hollande pourrait détailler le contenu du texte et présenter les orientations du gouvernement dans la lutte contre l’islam radical.

Faut-il revoir les relations françaises avec le Qatar et l’Arabie Saoudite ?

L’accusation a rejailli après les attentats de janvier. Le Qatar, allié officiel de la France, financerait le terrorisme. « Le Qatar doit lever les doutes », estime le député UMP Bruno Le Maire. « Il faut d’urgence revoir la politique étrangère de la France » réclame de son côté Marine Le Pen. Le ministre des Affaires étrangères Laurent Fabius rejette ces accusations. « Nous avons opéré les vérifications nécessaires (…) Quand je dis les vérifications nécessaires, c’est les vérifications par tous les services dont nous disposons et cette accusation, pour ce que concerne la période depuis laquelle nous sommes au gouvernement, est infondée ».

Des doutes pèsent également sur l’Arabie Saoudite, soupçonnée d’être impliquée dans les attentats du 11 septembre 2001. François Hollande s’est rendu à Ryad pour y présenter ses condoléances après le décès du roi Abdallah. Compte-t-il réorienter la politique étrangère française avec les pays du Golf ? Sa prise de position est attendue.

Comptez-vous instaurer un service civique obligatoire pour les jeunes ?

Après les attentats de janvier, le gouvernement cherche les moyens de renforcer la mixité sociale et l’esprit citoyen chez les jeunes, premières cibles de la propagande jihadiste. Plusieurs responsables socialistes ont ainsi appelé à l’instauration d’un service civique obligatoire, pour tous les jeunes de 16 à 25 ans.

Selon Europe 1, François Hollande opposera jeudi une fin de non-recevoir à cette proposition. Il devrait néanmoins annoncer une augmentation du budget consacré au service civique. Objectif: signer 200.000 à 300.000 nouveaux contrats avant la fin du quinquennat.

Autre annonce attendue du chef de l’Etat : la création d’une « réserve citoyenne ». Tout citoyen pourrait devenir réserviste d’un service public et y accomplir des missions ponctuelles. Un réserviste de l’enseignement serait tenu de dispenser des cours une journée chaque trimestre, rapporte Europe 1.

Dans le Doubs, l’UMP refuse tout front républicain, est-ce une faute ?

L’élection législative partielle dans le Doubs mettra aux prises dimanche le FN au PS après l’élimination du candidat UMP au premier tour. La droite se déchire sur l’attitude à adopter face à ce duel inattendu. Nicolas Sarkozy, qui souhaitait dire « non au FN » tout en laissant « les électeurs choisir », a été mis en minorité au bureau politique de l’UMP, favorable au « ni-ni » ( ni appel à voter PS, ni appel au vote FN).

De son côté, la gauche reste inflexible : Tous les hiérarques socialistes appellent à la constitution d’un front républicain et demandent à l’UMP de s’y joindre. Un mois après les attentats, François Hollande devrait profiter de cette tribune pour appuyer le front républicain… et semer la discorde au sein de l’opposition.

Vous avez connu un bond de popularité après les attentats. C’est un nouveau quinquennat qui commence ?

François Hollande a enregistré un bond de popularité historique de 21 points après les attentats de janvier. Selon le baromètre IFOP-Fiducial pour Paris Match et Sud Radio, 40% des Français sont satisfaits de l’action du chef de l’Etat, contre 19% en décembre. Sa gestion des attentats et son attitude pendant la marche du 11 janvier ont été salués par la classe politique. Au plus bas en 2014, le chef de l’Etat trouve un second souffle inespéré, alors que d’importantes réformes sont en chantier : projet de loi Macron, proposition de loi sur la fin de vie, loi santé…

Que faire de ce relatif regain de popularité ? Peut-elle se traduire en actes concrets ? A deux ans de l’élection présidentielle, François Hollande retrouve une relative marge de manœuvre dans son action. Reste à savoir si cette embellie pourra survivre à la fin du climat d’union nationale.

La lutte contre le terrorisme passe-t-elle par une réforme de l’éducation nationale ?

La minute de silence observée en hommage aux victimes des attentats de janvier a été perturbée dans plusieurs établissements scolaires. En réponse à ces incidents, le gouvernement souhaite former 320.000 enseignants à la laïcité, selon RTL.

La semaine dernière, le chef de l’Etat a déjà reçu des responsables d’établissements scolaires (proviseurs, principaux et directeurs d’école), venant de Marseille, Lille, Saint-Lô, Créteil ou Lyon, rapporte le JDD. François Hollande devrait placer l’éducation au cœur de son intervention jeudi.

Faut-il réformer l’Islam de France ?

La représentativité du Conseil Français du Culte Musulman (CFCM) est régulièrement remise en question. Les attentats de janvier ont relancé le débat sur l’islam de France et une réforme de ses institutions représentatives. Alors que 147 actes anti-musulmans ont été recensés depuis le 7 janvier, une intervention de l’exécutif sur ce sujet est attendue.

Tweet about this on TwitterShare on FacebookEmail this to someone