Justice

Ahmed, 8 ans, convoqué par la police : la bataille judiciaire est lancée

Tweet about this on TwitterShare on FacebookEmail this to someone

Les démarches judiciaires se multiplient dans la foulée de la polémique provoquée par l’audition, mercredi, au commissariat de Nice, d’un enfant de 8 ans, pour ses propos sur le terrorisme. Au lendemain des attentats contre Charlie Hebdo, le jeune Ahmed aurait déclaré  » je ne suis pas Charlie, je suis avec les terroristes« .

Maître Guez Guez, l’avocat des parents du garçon, a affirmé sur RMC et sur les réseaux sociaux que la police avait reçu une plainte pour « apologie du terrorisme » de la part de la direction de l’école à l’encontre du petit garçon. Ce que la police a démenti, avant d’être accusée par l’avocat… de mentir.

De nouvelles plaintes et enquêtes, non démenties cette fois, s’ajoutent à ce mic mac. En effet, Mohamed Kebabsa, le père du petit garçon, a annoncé son intention jeudi après-midi de poursuivre le directeur de l’école Flore, où son fils est scolarisé à Nice, pour « violences aggravées sur mineur ». Il a assuré devant les caméras d’I-télé que son fils ignorait ce qu’était le terrorisme. La violence serait constituée par le « harcèlement« . La commissaire divisionnaire de Nice, Fabienne Lewandowski a annoncé dans la matinée qu’une enquête venait d’être ouverte sur des « suspicions de violences » dans la famille du jeune garçon. La ministre de l’éducation nationale Najat Vallaud-Belkacem a quant à elle soutenu que « l’équipe de l’établissement scolaire a(vait) bien réagi« , en signalant la situation aux forces de l’ordre, ajoutant que la situation personnelle de l’enfant était « préoccupante ». Quant au député UMP Eric Ciotti, il a annoncé avoir pris des mesures pour saisir les services de protection de l’enfance.

Enfin, le père d’Ahmed serait lui-même visé par une plainte de l’école pour s’être introduit dans l’établissement de manière intempestive, selon maître Guez Guez:

Le cabinet de la ministre de l’Education l’a confirmé au site d’information Rue89 :
« La plainte n’a pas été déposée contre Ahmed, mais contre son père pour « intrusion”. S’agissant de l’enfant, il y également eu un signalement à la protection de l’enfance. Nous ne pouvons rien dire de plus car le dossier est maintenant dans les mains du procureur. »

A lire aussi : Au commissariat à 8 ans :  » Les élèves l’appellent Ahmed le terroriste »

Photo d’en-tête : Mohamed Kebabsa, le père d’Ahmed. (BFM)

Tweet about this on TwitterShare on FacebookEmail this to someone